La Bête

Photo: Jarmo Pikkujämsä

Les chiens de rues aboient de quatre heures du matin jusqu’à ce qu’ils soient fatigués. Puis ils dorment.

Les petites personnes se réveillent tôt. Ils portent des haillons, certains n’ont qu’une seule chaussette. Tout le monde est sale. L’hôte de la maison voisine leur donne du pain sec. Ils sont des dizaines et ils chantent ou crient à haute voix tous les jours depuis des années. Certains d’entre eux portent des jarres à la main. Ils cherchent à les remplir avec du riz et avec de la monnaie. 

Les femmes transportent des marchandises sur la tête, elles font beaucoup d’aller-retour. Les hommes s’installent aux coins des rues, ils tiennent les mains derrière le dos. D’autres s’assoient pendant plusieurs heures. Ils se déplacent seulement pour se mettre de l’autre côté de la rue, lorsque le soleil a traversé le zénith. Ils voient tout.

Je suis épinglé au mur et alimenté par des morceaux de carton. Cette année, je serai probablement mangé. Ces derniers jours, les rations en carton ont baissé.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: