L’Invisible

Zakir s’est réveillé déçu lorsqu’il a réalisé que savoir comment devenir invisible n’était qu’un rêve. Il s’attardait encore dans ses pensées autour du café du matin. Il alluma une cigarette et sirota les dernières gouttes du café dans un verre opaque. La poursuite des Koulaks était maintenant arrivée au point où l’invisibilité était impérative. La Russie soviétique ne l’accepterait pas en tant que citoyen. Il serait enfermé dans le train à tout moment, destination Grand Froid. 

Malgré tout, Zakir souriait en imaginant qu’il marcherait, invisible, devant les gardes-frontières russes, laissant des empreintes dans la neige devant leur nez. De l’autre côté de la frontière, il demanderait alors un passeport Nansen. Une nouvelle vie commencerait. Quelqu’un d’invisible laisse-t-il des empreintes ?  

Lorsque la révolution a commencé, beaucoup avaient des raisons de devenir invisibles. L’esprit humain ne s’attarde que trop longtemps en vain, puis il est trop tard. Zakir s’est vite rendu compte que les voyages commerciaux de son père en Finlande depuis des années et ses contacts avec un tireur d’élite, décédé à Saint-Pétersbourg dans de vagues conditions, figuraient déjà dans tous les documents des autorités. Les tireurs d’élite savaient être invisibles, ou presque. Comment le font-ils ? Zakir se demandait. 

Il alluma mécaniquement une autre cigarette et se demanda comment l’empire russe avait cessé d’exister si rapidement. Et qu’est-ce qui l’avait remplacé ? En place du tsar, une nouvelle force invisible planait désormais sur le peuple. La peur. 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: