La Bataille de Kerbala

La famille avait attendu et espéré qu’il annoncerait son départ. Le jour venu, tout le monde avait l’air soulagé. Ils visitaient sa chambre déjà vide, y laissaient chacun à son tour un air de silence, une attente d’un futur glorieux. Le seul objet qui lui rappellerait sa maison était un suweer. Il était resté sur le mur au-dessus de son lit aussi longtemps qu’il s’en souvenait. Il représentait la bataille de Karbala et la longue main de l’ange Jibreel y descendant du ciel, arrivé à l’aide dans le combat. D’autres anges-assistants volaient dans le ciel, fournis d’ailes multicolores, portant des bouilloires d’huile chaude qu’ils versaient sur l’ennemi. Il y avait du sable, du sang, des chevaux transpercés par des épées, sur le point de tomber.  

Vendre ce tableau, sa seule possession de valeur et la caution pour ses premiers mois à l’étranger était impensable. Jamais il ne le ferait, même s’il l’avait promis à sa famille. Plutôt commencer du zéro, faire sortir son épée et voir quels anges viendraient à son aide au besoin.  

Il ajoutait dans sa malle un petit livret de prières et de citations du Coran. Il avait appris à lire l’arabe, mais ne comprenait presque rien à sa lecture. L’essentiel était qu’il ait pu se consacrer à la lecture à voix haute et laisser passer calmement son regard sur les glyphes sacrés. Dieu entendrait sa voix et cela lui suffirait.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: