L’Autoportrait

Les gens de rue me disent en haute voix que je suis l’ami de tout le monde. 

« A », un ami dont j’ai laissé glisser le contacte dans l’oubli, pense que je devrais « me sédentariser, commencer à réfléchir sur ma carrière et trouver un vrai emploi comme lui. »

Mes voisins croient que je suis riche et que je passe mon temps en vacances continues. C’est une histoire d’artiste en free-lance, donc, selon eux, de quelqu’un de « libre  comme un oiseau ».

Mon garagiste-vélo imagine que je me suis marié à une Canadienne. Je ne connais pas l’origine de ce malentendu. À chaque rencontre il me demande ses nouvelles, et j’en donne, brièvement.

À un moment donné, tous mes oncles croyaient que les livres du mouvement Hare Krishna qu’on peut acheter dans la rue chez les moines ambulants me feraient plaisir comme cadeau de Noël. Ainsi ma bibliothèque a une petite section ésotérique.

Dans mes trentaines, un lapsus brusque et inattendu a révélé que tout le monde dans la famille avait choisi la fiction en ce qui concerne mon père inconnu. Du coup, il l’était doublement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: